AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Michael Logan

Aller en bas 
AuteurMessage
Michael Logan
Ex-mercenaire
Ex-mercenaire
Michael Logan

Messages : 18
Date d'inscription : 13/07/2010
Age du perso : 28 ans
Langues parlées : Anglais / Français / Mandarin

MessageSujet: Michael Logan   Mer 14 Juil - 2:02

NOM : Logan
PRÉNOM : Michael
SURNOM / CODENAME : Mike, Mickey, 'Spyke'
AGE : 28 ans
DATE DE NAISSANCE : 24 Mai 2029 - Gémeaux
SEXE : Mâle
NATIONALITÉ : British
PERMIS : Auto / licence de pilotage hélico / Permis de port d'armes

TYPE DE PERSONNAGE : Mutant (ne vous fiez pas à la prothèse)

PHYSIQUE :

1,75 m pour 70 kg, une gueule d'ange, un corps presque d'apollon. Voila qui résume bien l'allure physique de Mister Logan!

D'allure plutôt frêle au premier abord, Michael n'est pourtant pas la crevette que l'on pourrait s'imaginer. En effet, sous les fringues habituellement larges de skater métalleux, on découvre avec surprise un corps pas si ridicule que ça. Sa musculature, sans être hyper-développée, est tout de même présente, comme pour rappeler que ce corps a connu de terribles épreuves et batailles, en 28 années d'existence.
Un corps qui fut également la toile d'une œuvre d'art. C'est un tatouage qui lui prend tout le bras droit, de l'épaule au poignet (voir avatar "période MIL"). Un tatouage que le sieur Logan s'est fait faire après sa première mission au sein du MIL, pour marquer son passage à l'âge adulte, explique-t'il en rigolant comme un ado attardé...
Côté visage, Lolo a été gâté par son patrimoine génétique. Il a hérité des beaux yeux verts de son père (mais ses iris se teintent d'un violet surnaturel lorsqu'il use de son pouvoir) et des traits d'ange de sa mère. Sa gueule d'ange a fait craquer plus d'une miss, et sans doute en fera-t'il craquer d'autre, vu sa propension à jouer de son charme naturel... Affaire à suivre, donc!
Capillairement : bien qu'il ait longtemps abusé des décolorations de cheveux et autres colorations, il est naturellement brun, le bougre.
Notons là encore le goût immodéré de Lolo pour les ajouts: il a les oreilles doublement percées, un anneau et un faux diamant de chaque côté, sans oublier le labret (menton) doté d'une petite boule de titane.

Étant le premier amoureux de son physique, Logan est un véritable narcisse, qui ne manque jamais de faire attention à son allure générale. Par contre, détail amusant, il se trouve beau même quand il a la gueule pleine d'huile de moteur!
En revanche, Spyke fait trèèès attention à son style vestimentaire, et c'est peu dire! Grand fan de musiques plus bourrines et barbares les unes que les autres, il s'habille dans un style de skater/métalleux, ça je l'ai déjà dit, mais ce que je n'ai pas dit, c'est qu'il porte souvent des t-shirts à l'effigie de ses groupes de hardcore préférés. Certains sont de vrais reliques, qu'il ne sort que pour les grandes occasions!

La classe, non??

Mais il fallait bien un détail qui tue tout le reste... Et ce détail n'est rien de moins qu'un bras gauche fait de métaux et autres câblages. Et oui, le petit Logan a un bras cybernétique, une belle prothèse mécanique pour remplacer le bras qu'il a perdu il y a 5 mois (voir histoire).

Spoiler:
 

A noter qu'il a démonté la coque de ce bras de substitution, laissant tout le bordel de câbles et pièces d'acier à l'air, sans gène aucune. Vous ne connaissez peut-être pas encore le luron, mais sachez que c'est plus fort que lui, de démonter n'importe quel appareil "pour voir comment ça marche le merdier", dit-il.

CARACTÈRE :

Idéaliste devant l'éternel, Michael Logan est un grand rêveur, un grand enfant qui n'a pas tout à fait fini de grandir et de s'épanouir, et qui, malgré la dureté et la violence de ce monde, a su garder une innocence et une âme d'enfant.

Assez communicatif de nature, il est toujours le gai luron de la bande: celui qui sort des vannes plus ou moins drôles pour détendre l'atmosphère, le mec qui s'enquit toujours de la bonne humeur de chacun, qui a toujours la main tendue et l'oreille attentive. C'est le "bon pote" par excellence, au sein d'un groupe, et son attitude joviale, gaie, décomplexée le rendent amical aux yeux de beaucoup. Attention toutefois, car à force d'à force, Michael peut aussi finir par paraître frimeur, superficiel, léger, quand bien même il ne l'est pas vraiment.
C'est un bon vivant, qui aime tous les plaisirs de la vie, à commencer par la ripaille (amateur des fast foods devant l'éternel!) et la fesse, et qui se laisse facilement tenter par l'un de ses pêchés mignons.
Rieur, charmeur, et assurément dragueur, Logan est un homme à femmes, et les femmes apprécient généralement sa compagnie. Toutefois, il est très fidèle en amour, quand bien même il se joue parfois de son charme, ce qui ne manque alors pas de rendre jalouse sa copine du moment!

Logan est un idéaliste doublé d'un optimiste. Sincèrement et naïvement, il a toujours cru qu'un jour, mutants et humains vivraient dans un même monde, sans heurts ni haine... Et cela a fini par arriver, de son vivant, mais finalement, ça le perturbe: ayant passé une grande partie de sa vie à lutter, il se retrouve alors en complet déphasage avec ce monde réunifié... Et ça le déprime.

Heureusement, il y a la religion: Michael s'est converti au bouddhisme voila 5 ans, chose qui a l'air anodine mais qui l'a énormément aidé à accepter les différentes épreuves par lesquelles il est passé. Et le bouddha lui-même sait qu'il en a trop vu, ce pauvre innocent...

Dernièrement, la perte d'un bras a ajouté à cette déprime: il se sent comme un invalide de guerre, sans guerre: ça lui manque un peu, le bordel, et il se sent foutrement inutile à ce nouveau monde. Déprime, quand tu nous tiens...


PARCOURS :

Banlieue d'Essex, Angleterre, un certain 24 Mai 2029 : Ouiiiin ! Il est né, le divin Michael !

Tu parles... Au yeux de monsieur Logan, ouvrier et alcoolique notoire, et madame Reed, chômeuse à plein temps, le petit Michael était loin d'être l'enfant prodige ou le miracle de la vie, comme on dit. C'était surtout une bouche à nourrir de plus, et des tas de factures supplémentaires en perspectives. Il y a sans doute de pires conditions pour venir au monde, certes, mais il doit aussi y en avoir de bien meilleures !

Enfin, comme il parait qu'il faut prendre les choses comme elles viennent, le petit Michael fut tout de même un enfant autant choyé que possible (matériellement parlant) par ses parents, lesquels étaient donc de la classe ouvrière, luttant péniblement pour finir les mois sans être dans le rouge financièrement. Logan fils put donc malgré tout être scolarisé, au prix de quelques steaks en mois par semaine. Les nécessités de la vie, on appelle ça.

Mais les parents ne se trompèrent pas d'envoyer leur enfant prodige à l'école; Michael s'y illustra comme un élève brillant, particulièrement dans les domaines scientifiques et l'informatique. Un petit surdoué, en somme, voila qui fit la fierté des parents, eux qui galéraient tant à nourrir ce petit et lui offrir une éducation décente, en dépit de leurs maigres moyens. Le jeune garçon, alors âgé d'une dizaine d'années, passa même dans le Times de Londres, où un article lui fut dédié: "le nouveau petit génie d'Essex". On l'avait interviewé, que voulez-vous... Ses réponses, en vrac: "Plus tard, je voudrais être ingénieur de fusées ou inventeur". Brave petit, si tu savais ce qui t'attends...

Alors qu'il avait 12 ans, la famille fut contactée par la Genetics Corporation, laquelle recrutait de jeunes surdoués pour des dons de cellules cérébrales, un truc sensé aider les personnes déficientes mentales. Ok, la cause était belle sur le papier, mais pas autant que la rétribution financière qui allait de pair. Remarquez, c'était l'argument imparable pour une famille d'exclus, vous m'en direz tant. Donc, tu penses, les parents ne refusèrent pas l'idée, au contraire, se sentant même légitimement fiers que leurs fils prodige participe à l'avancement de la science.

Paroles, paroles...

La G.C. n'avait aucunement l'intention de se contenter des cellules cérébrales du jeune garçon. Soupçonnant un pouvoir mutant (c'était la mode, à l'époque, on était en plein dans le boom des mutations pré-natales... Eh oui mon pauvre Logan, t'es décidément pas né au bon moment !), les chercheurs n'hésitèrent même pas à le placer dans un état de coma artificiel, histoire de l'étudier davantage, au calme. Bah oui, c'est vrai que le goutte à goutte des perf' et le bip du monitoring, ça détend les scienteux, généralement. Parfois un peu trop, même, la preuve :

Jour d'orage, le courant saute dans tous le complexe, et Michael nous fit un bel arrêt cardiaque, pile au moment où il était sur le billard. Ni une ni deux, on lui injecta une bonne dose d'adrénaline (c'est comme un Mars: "Mars, et ça repart") histoire qu'il ne clamse pas si vite, et pour une telle connerie.

"Bleh, il repart pas... Ah merde, c'était pas de l'adré'."

Bin non. C'était une seringue remplie de nanomachines expérimentales, destinée au suivant sur la liste des charcutés du jour je suppose. Était-ce une erreur due à l'absence de forte luminosité, au taux de caféine élevé de l'anesthésiste, allez savoir. Ce qui es tfait est fait, et quand on fait des conneries, faut être capable de vite réparer derrière soi. Surtout dans ces foutus milieux que sont les laboratoires de recherche génétique. Par chance, le courant revint: Et vas-y qu'on va te choquer et bien comme il faut, mon grand, à grands renforts de défibrillateur. "Dégagez!" *bip! schlock!*. Une fois. Deux fois. trois fois. "Ah, il revient!".

Et bin, il était temps. Une minute de plus et il perdait toutes ses capacités cérébrales, le jeune surdoué d'Essex, bande de tarés.

Sortit de son coma artificiel, le jeune Logan fut placé en soins intensifs, puis en observations après son réveil. Manière de voir s'il a perdu la boule complètement, ou quoi, après "l'incident". Aux premiers jours, il ne se passa pas grand chose de neuf. "J'ai mal à la tête. Je veux faire pipi. Elle est où ma maman?". Il leur servit un paquet de fois, ce refrain.

En attendant, pas de symptômes de mutation après l'injection ds nanomachines.

Au bout de 5 jours, on autorisa le jeune garçon a jouer avec un ordinateur, histoire de faire passer la pilule. Les mains posées à côté du laptop, les iris rendus violets, Michael faisait défiler des pages internet plus vite que l'adsl local de l'époque ne l'aurait permis.

Un excellent prétexte pour recommencer les foutus tests de toutes sortes, jusqu'à arriver à la conclusion suivante: ce petit bout de mutant est arrivé à imposer un contrôle mental aux nanomachines qui se promènent dans son organisme (apparemment, leur lieu de vie de prédilection est le sommet de la moelle épinière, bien qu'il fut démontré qu'une petite quantité s'amusait à traîner dans le lobe occipital et dans les nerfs optiques), devenant le seul spécimen d'un nouveau genre de mutant, un psionique contrôleur de nanomachines internes.

Tu parles que ça lui faisait une belle jambe.

Deux ans passèrent. Deux années durant lesquelles Logan connut les cellules de détention de la G.C., et tout ce qui va avec (ça fonctionne par lot, à la G.C.: en plus de l'aller simple en enfer et de la cellule tout confort, on t'offre la formule détente: torture le matin, massages à coups de bâton le midi, et torture le soir.). J'aie autant vous dire que, comme les autres, il en a bavé. Salement. Contrairement à Fraust et d'autres, il plia l'échine, mais c'était sans compter sur le soutien des fortes têtes, qui lui permit de ne pas se laisser complètement aller à la servilité.

Fraust, parlons-en. Michael et lui se lièrent d'une grande amitié, dans les geôles, partageant leurs "desserts" et se couvrant mutuellement lors de leurs pitreries, les rares qu'ils commirent du moins. Leur genre d'amitié qui se forge en un rien de temps et que peu de choses peuvent alors détruire, vu l'adversité dans laquelle ils se sont connus, vous m'en direz tant.

Vint le temps de l'évasion sous l'impulsion de Fraust, justement. Michael profita de l'aubaine pour se faire la malle, bousillant quelques serrures électroniques avec son pouvoir à peine maîtrisé, aidant quelques faibles enfants à se tirer de ce putain de bordel de merde d'enfer terrestre. Et zioup, évanoui dans la nature londonienne... A 15 balais, il était temps.

Les parents de Michael croyaient leurs fils mort: c'est en tout cas ce que leur avait annoncé officiellement la G.C., via une pathétique lettre racontant qu'il n'avait survécu à l'extraction de cellules cérébrales, et que son corps restait dans leurs labos pour études. En 3 ans donc, la famille avait un peu changé, à peine: en plus de boire, papa cognait sa concubine, heureusement il a fini par crever à l'issue d'une beuverie de trop (je dis "heureusement" pour la maman, hein... Vu tout ce qu'elle prenait sur la gueule chaque soir, la mort de son compagnon aura été une délivrance.). Quant à "maman Logan", elle avait été contrainte de déménager dans une minuscule chambre de bonne payée par les allocs.

Autant dire que Logan aura bien galéré pour retrouver sa génitrice. Mais il l'aura retrouvé, aura passé un moment à lui raconter toutes ses fabuleuses aventures à la G.C. (tellement), et puis, se mit en quête d'un travail pour lui, pour subvenir aux besoins de sa maman chérie adorée (rigolez pas, vous êtes tous pareils que lui avec les vôtres, de mamans!).

Fort de son habileté naturelle avec des machines, il obtint un poste de manutentionnaire dans une usine de hardware électronique, le boulot le plus con qui soit. Vive le travail à la chaîne, les gestes cons et machinaux répétés un milliard de millions de fois, les spasmes incontrôlés dans les mains. Joie. Mais au moins, il apprit plein de trucs sur ce domaine qui lui plaisait tant, l'électronique. Et il put offrir de quoi aider sa mère.

Et s'offrir un appart'. Et sa première bécane (ordi).


Michael à 18/20 ans

18 ans: Logan se prit de passion pour le crack, commençant à se tailler un nom dans le milieu très fermé des hackers modernes. Après moult piratages qui firent couler de l'encre et, accessoirement, participèrent à remplir son compte en banque, celui qui avait adopté le pseudo "Spyke" devint une des têtes de séries du domaine. Sa renommée finissant par arriver aux oreilles d'un certain "colonel Arok", leader d'un groupuscule de mercenaires mutants.

Lequel cherchait un mutant génie de l'informatique pour compléter sa formation de mercenaires, dont la cause était la libération des mutants de l'oppression de trusts tels que la Genetics Corporation.

J'ai envie de dire: ce fut presque par hasard que Michael, alors âgé de 19 ans et quelques, rejoignit la lutte armée (voila, j'en avais envie alors je l'ai dit.). Car c'était à mille bornes de tout ce qu'il connaissait et savait faire à l'époque. Arok lui proposa cependant de rester un électron libre dans son groupe, un non-combattant, ce qui lui valu le concours du jeune prodige des machines.

Mais comme souvent, on croit rentrer dans une armée pour rester planqué à la logistique, puis un beau jour (façon de parler), on se retrouve derrière un flingue, le doigt sur la détente. C'est ce qui lui est arrivé, le jour où sa vie et celle de ses équipiers furent mises en danger de mort, au beau milieu d'un bordel comme pas deux, au pôle londonien de la G.C.. Cette nuit là, Michael tua pour la première fois, tout comme il goûta pour la première fois à l'amertume de la perte d'un proche, d'un frère d'arme. Cet épisode allait se renouveler de nombreuses fois, au cours des 6 années suivantes.

Pourtant, il y eu de bons moments, entre les coups d'éclats et les explosions, les blessures et les pertes. Il y eu Vitalie, qui succéda à Arok, devenant la chef de Logan, puis son amante. Tous deux firent des tas de projets sur la comètes, en riant au nez du destin, jouissant des derniers éclats de leur jeunesse. C'était une époque bénie des dieux, cette putain d'époque, et elle semble maintenant si lointaine...


[b]Michael à 24/26 ans

Un sale jour de Janvier 2052, Vitalie mourut des suites d'un cancer généralisé, à peine âgée de 20 ans. Logan en avait presque 23 à l'époque, et, autant se l'avouer, il supporta très mal le décès de celle qui fut son grand amour. Il lui fallut s'occuper énormément, pour ne pas y penser, mais ce fut plus fort que lui. Ses remords le rattrapèrent, la chute de cette anecdote résidant en une tentative de suicide par accident de la route, qui lui valu à peine un genou explosé, et une hospitalisation éclair.

2 mois plus tard, il était dehors, incapable de tenir en place malgré son plâtre... Et soutenu par les bras réconfortant d'une certaine Chris Valentine, infirmière-anesthésiste et humaine de son état. Ne vous méprenez pas: Chris, bien qu'elle fut d'un énorme secours à l'âme en peine nommée Logan, n'obtint jamais autant de place dans son cœur que Vitalie. Pourtant, la jeune infirmière d'origine californienne et Michael vécurent un temps ensemble, alors que le MIL reprenait quelques couleurs.

Puis, en 2054: fin de l'aventure. Les lois en faveur de l'intégration mutante se mirent à pleuvoir comme une averse d'hiver, sous la houlette de Jack, alors leader du MIL, rendant la cause des mercenaires caduque. A quoi bon se battre, s'il n'y a plus rien à défendre? Aussi, le groupe se scinda naturellement, chacun repartant de son côté... Ce fut le cas de Michael, qui repartit dans sa banlieue natale toujours aussi pourrie d'Essex, emportant son infirmière personnelle dans ses bagages.

Autant dire que se retrouver dans un monde pacifié, après avoir connu une vie entière de clandestinité et de guerres intestines, ça lui fit presque un choc. Michael passa un moment (un moment... quelques mois exactement) à ruminer, puis trouva à s'occuper en reprenant le crack (que ça à foutre) pour renflouer ses 3 comptes en banque. Il s'acheta également une nouvelle voiture, la dernière ayant finie pliée en 2 après sa T.S.. Il jeta son dévolu sur une vieille GT-R34 de chez Nissan, dont il passa près d'une année entière à la retaper et la tuner, refaisant tout le moteur aux normes DED, modifiant carénages et peinture, bricolant une sono pour écouter sa musique de dépravé... De quoi s'occuper pour oublier qu'il avait occis tant de personnes et en avait perdu tant d'autres au combat...

Spoiler:
 


Michael à 27/28 ans

Mais tous ces placebos ne suffirent plus à Michael, chez qui le cruel changement de mode de vie tapait sur le système. Il reprit alors ses vieux bricolage laissés en plan. Il passa un an et demi à concevoir et réaliser un droïde doté d'une intelligence artificielle, le genre de robots dont il faut être un vrai génie pour en assurer l'invention.

Repoussant encore plus loin les limites de ses capacités et de son pouvoir, il tenta enfin, il y a à peine 3 mois, de fabriquer un module complémentaire pour le moteur DED de sa voiture. A l'issue d'une mauvaise manipulation des produits chimiques, le mélange explosa, lui arrachant le bras gauche.

Go les urgences, go le bloc opératoire, et go qu'on t'ampute le peu qu'il reste, au point où tu en es, mon pauvre ami... De quoi refoutre le cafard à Logan, sacrément.

1 mois après l'intervention, il consulta un spécialiste en cyber-prothèses, ayant dans l'idée de se faire remplacer son membre perdu par un organe cybernétique. C'est ainsi qu'il paya la peau du cul pour ce foutu bras de ferraille, sa mise en place et tout le bordel qui va avec. J'aime autant vous dire que, même s'il a récupéré un bras, il l'a quand même vachement amère.

Voila tout juste 2 semaines que ce bordel est installé, et "fonctionnel"; son pouvoir ayant étonnamment décidé de l'aider à contrôler cette camelote en acier. Parce que, question contrôle nerveux inné, soit les raccords ont été mal faits, soit le bidule n'est pas fonctionnel. Ou alors, le manque de pratique, mais il n'osera jamais l'avouer, trop de fierté.

En tout cas, la vie reprit son cours... Avec une patte folle... Génial. Pour la peine, il se paya un voyage d'agrément en Irlande, histoire d'oublier encore cette merde...

SIGNES PARTICULIERS : Bras gauche robotisé, bras droit tatoué, nombreux piercings.

COMPÉTENCES SOUHAITÉES :

Précision - Très développée (6/10)

Nanotechnologies - Savant (7/10)
Création / bidouille de matériel hi-tech - Expert (8/10)
Systèmes énergétiques - Très compétent (6/10)

Mécanicien - Assez doué (6/10)
Pirate informatique - Performeur (7/10)
Pilotage aérien - Loin d'être mauvais (5/10)
Armes à feu légères - Pratique régulière (4/10)
Fusil de proximité - Pratique régulière (4/10)

Musculation - Pratique assidue (4/10)
Footing - Néophyte (2/10)
Tir à l'arc - Pas mauvais (5/10)

Technicien en électronique

AFFILIATION ENVISAGÉE : Nada pour le moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil Paterson
Commandant de la Madmen Company
Commandant de la Madmen Company
Phil Paterson

Messages : 65
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Pseudo / Codename : Crimson Masochist/Nosferatu
Age du perso : 29 ans
Langues parlées : Anglais (Canadien), Français

MessageSujet: Re: Michael Logan   Mer 14 Juil - 5:14

J'aime cette fiche. Je te veux définitivement dans la Madmen.

_________________

''There will be blood''

Phil's Theme
Schism


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Michael Logan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Illustrateur] Michael Komarck
» L/C BerPhan Comic show - Logan
» Pirates - Michael Crichton
» Michael jackson (Thriller Mix)
» Starsky & Hutch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolution - War of the Rising :: Avant de jouer :: Fiches de personnages :: Fiches validées (indépendants)-
Sauter vers: