AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Québec, la capitale.

Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Québec, la capitale.   Dim 1 Aoû - 6:19

Cette journée-là avait commencée comme toutes les autres : vers onze heure, d’après son cellulaire, Caitlys avait ouvert les yeux et s’était contenté de se retourner en les refermant. Ce ne fut que presque trois heures plus tard, vers quatorze heure, qu’elle s’était redressée dans son lit, baillant à s’en décrocher la mâchoire. Finalement, c’était l’appel de la nature qui l’avait forcé à quitter le confort douillet de ses draps. Malgré l’envi, la jeune femme ne retourna pas se réfugier dans on nid et opta plutôt pour une promenade dans le vieux quartier historique. C’était des rues et avenues mille fois exploré, mais en cette journée nuageuse , ce n’était pas de refus. La température flirtait avec le 20°Celsius, soit l’idéal aux yeux de Cait.

Ainsi donc, elle quitta son appartement, avenue St-Denis pour s’engager sur le trottoir peu bondé. La période touristique était passée pour ne recommencer qu’en décembre et aucun festival n’était prévu pour le moment. Décidément, les périodes de creux était ce qu’elle préférait. Pas de foules, pas de bruits, pas d’ennuyants touristes...
Ses pas la menèrent au gré des rues, sans vraiment faire attention à la destination. On pouvait dire ce qu’on voulait du Vieux Québec, c’était petit et faire le tour une fois, peut-être deux, était suffisant pour voir tout ce qu’il y avait à voir. Du moins, de son point de vue de native de l’endroit. C’était... Banal. Banal, mais ça attirait beaucoup de monde. Il faudrait qu’elle se trouve un autre appartement avant le Nouvel An et, surtout, le Carnaval.

Quoiqu’il en soit, alors qu’elle atteignait Place d’Youville, Caitlys se laissa tenter par sa gourmandise et entra dans le Tribune Café. C’est un endroit plutôt petit, avec son lot d’habitué et rarement bondé, sauf pendant la période touristique. On y servait des breuvages chauds, quelques types de pâtisseries et une crème glacé dont la jeune femme raffolait. C’est pourquoi, lorsqu’elle fut au comptoir, son choix s’était déjà fixé sur un chocolat chaud avec crème glacé au chocolat également. À côté, elle prit un croissant, des fruits pré coupés et s’installa pour manger, la faim commençant déjà à la ronger.

Par chance, le commerce était presque vide et, se fiant à son bouclier, Cait su qu’il n’y avait aucun mutant, sans quoi elle l’aurait senti. De plus, aucun mal de tête ne semblait vouloir gâcher sa journée, tout pour la mettre de bonne humeur, quoique quiconque l’ayant vu à ce moment aurait pu jurer du contraire. Pour compléter le tableau, elle prit un journal et l’ouvrit à la page des bandes dessinées et jeux, sortant un stylo d’une poche de sa veste pour s’adonner à son hobby personnel : compléter les mots cachés, le sudoku et les mots-croisés.

Ce petit manège dura bien une heure pendant laquelle il n’y eut aucun problème à rapporter. Ce ne fut qu’après s’être moqué de l’horoscope et du courrier des lecteurs que la mutante se décida à partir pour rentrer. Oh, elle n’avait rien d’important à faire, pas d’émission à regarder ou quoi que ce soit d’autre, mais Caitlys, dans son asociabilité, n’était pas porter à passer de longues heures loin de son chez-soi. Avant de quitter, elle reprit une portion de crème glacée, cerise-chocolat cette fois, et se dirigea vers la sortie. Une famille, visiblement de touriste, car ils parlaient forts, et en anglais, avait justement choisi ce moment pour faire du petit commerce leur prochain arrêt. Les parents franchirent le voile de son bouclier sans de tracas, mais lorsque leur fils, un gamin devant se situer dans les dix ou onze ans, le franchis, Caitlys reconnut la pression dans sa tête qui caractérisait les mutants. Le garçon parut se rendre compte de quelque chose, car dès qu’il franchit le périmètre de son bouclier, il leva un regard étonné vers elle. Savait-il? La jeune femme recula de plusieurs pas pour se mettre hors de porter. Un peu trop rapidement, il semblerait, car son action attira les regards. Elle se sentit pâlir et, baissant la tête, s’empressa de sortir.

« There’s no place like home. » a ce qu’on raconte. On était maintenant vers seize heure trente et les travailleurs commençaient à affluer dans les rues. Décidément, il était temps de rentrer. Ce qu’elle pouvait détester les foules...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Ferland
Cyborg à lunettes
Cyborg à lunettes
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 29
Pseudo / Codename : Dan / Google
Age du perso : 20 ans
Langues parlées : Français et Anglais

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Dim 1 Aoû - 20:09

Daniel se trainait les pieds sur la rue d’Auteuil, direction son petit appartement (disons presque taudis) situé au coin de la rue St-Jean et St-Angèle. Disons qu’avec son audition ratée, il n’avait pas le moral à gambader au travers des touristes japonais. Pas qu’il pensait l’emporter haut la main mais il aurait tout de même apprécié qu’un l’évalue sur son talent seul et non pas sur son apparence. Mais bon, qui avait dit que la vie était juste? Il réessaierait l’an prochain et d’ici là, il aurait peut-être le temps de miniaturiser sa prothèse. C’était peu probable et il aimait le design de son père mais on peut toujours rêver.

Daniel soupira. Peut-être que le cinéma n’était pas sa vocation après tout. Il aimait bien jouer un rôle mais il avait d’autres talents aussi. Il était doué avec un ordinateur, ne donnait pas sa place lorsqu’il s’agissait de bricoler une prothèse cybernétique et possédait probablement les meilleurs yeux qui existe. Il n’avait pas voulu suivre les traces de son père, travailler dans une compagnie qui vous considère comme un numéro le rebutait énormément. Il ne voulait pas rester quelqu’un d’anonyme. Il avait souffert d’être dans l’ombre durant près de la première moitié de sa vie. Il voulait maintenant être reconnu pour ce qu’il pouvait faire.

S’il ne pouvait pas devenir acteur, que pouvait-il devenir? Une drôle de pensée surgit;

« À moins que je devienne un super-héros. Comme Daredevil. Après tout, moi aussi je suis un aveugle qui voit… Nan… Idiot. Daredevil sait se battre, il est agile. Toi tu vois juste dans le noir… »

Ses anciennes lubies d’enfance étaient bien tentantes mais probablement inaccessibles. Il n’était pas un mutant doté de super-pouvoir. Il n’était qu’un humain que les autres considéraient pratiquement comme handicapé. Après tout, quel genre de héros se balade avec une gigantesque paire de lunette? Bon, peut-être Cyclope, le X-men, mais lui au moins lançait des rayons laser avec ses yeux. Quoique, il y avait peut-être moyen d’intégrer quelque chose d’offensif sur ces lunettes. Daniel avait quelques plans pour installer d’autres modes de vision mais pourquoi pas quelque chose d’offensif?

« Parce que tu n’as pas suffisamment d’argent pour cela, andouille… » se dit-il.

Effectivement, son père ayant donné son invention à la compagnie qui l’employait, il n’avait pas fait un sous avec sa découverte. Il ne pouvait donc pas vraiment financer son fils. Daniel avait bien un petit fond accumulé en construisant des sites web et autres mais cela suffisait à peine pour payer son loyer et manger à sa faim. Il se voyait mal acheter les pièces nécessaires à ses ambitions enfantines. Mais bon, on peut bien rêver?

C’est donc perdu dans ses pensés qu’il arriva près de la porte Kent. Absorbé qu’il était dans ses fantasmes de gamins, il ne vit pas la jeune fille au pas pressé qui tournait le coin. Un peu ironique pour un cyborg ayant des yeux si perfectionnés non? S’il avait levé les yeux un tant soit peu, il aurait définitivement remarqué la magnifique jeune fille qui se dirigeait vers lui. Des cheveux superbes, des formes agréables, bref, tout ce genre de chose qui ne lui échappait pas normalement. Comme les deux jeune gens avançaient d’un pas assez décidé et qu’une intersection favorise les accidents, ce qui devait arriver arriva.

Daniel fonça directement dans la jolie jeune fille. Déconcentré qu’il était, le choc le fit tomber à la renverse (sur le derrière). La vitesse de marche de la jeune femme étant plus haute que la sienne, c’est lui qui avait morflé. C’est donc sur le dos que le cyborg posa véritablement son regard sur la jeune fille pour la première fois.

Le choc avait fait tomber ses lunettes de soleil par terre mais elle ne semblait pas blessée. Horriblement gêné, Daniel bafouilla des excuses en ramassant en se relevant les dites lunettes.

Je m’excuse, je ne vous avais pas vu mademoiselle. Je ne vous ai pas fait mal j’espère? dit-il en lui tendant ses lunettes.

C’est alors qu’il les vus. Les yeux de la jeune femme. Lui qui n’en avait pas à proprement parler regardait toujours les yeux de son interlocuteur. Une sorte de fascination pour ce qu’il n’avait pas. Mais c’était la première fois qu’il voyait de si jolis yeux. Pour compliquer les choses encore plus, ces yeux étaient posés sur un visage dénué de défauts et encadré par des cheveux qui brillait sous les rayons du soleil. Un véritable tableau de maître.

Son visage se mit à rougir presque instantanément et sa bouche commença une excellente imitation d’un poisson sorti de l’eau. Daniel était bouche bée face à son interlocutrice.

« Mon dieu, faites qu’elle ne m’en veuille pas trop! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Lun 2 Aoû - 6:08

Les heures de pointe, c'est comme outrepasser la limite de mots dans un examen de français : ça augmente les risques. Pas que Caitlys redoutait les fautes – même dans ses exams de français, elle n'en faisait que très peu – mais l'idée de croiser encore plus de mutants qu'à l'ordinaire la dégoûtait tout particulièrement. De plus, alors qu'au début, son bouclier devait faire plus ou moins trente centimètres, la jeune femme avait remarqué, avec une horreur porteuse de migraines, que ce dernier prenait de l'expansion! Ainsi donc, avec les années, le trente centimètres avait évolué pour faire un mètre, puis deux, puis cinq! Devait-elle en conclure qu'un jour, ce serait peut-être toute la ville qui se retrouverait dans son périmètre?!

En bonne athée, Caitlys ne pria aucune divinité que ce ne soit pas le cas, mais souhaita fortement que ce scénario catastrophe n'arrive jamais. Que ce soit des humains ou des mutants, si son pouvoir était connu, et son identité découverte, soit on voudrait sa mort à tout prix, soit on voudrait la prendre vivante pour combattre les mutants. Dans un sens comme dans l'autre, ça ne présageait rien de bon. La mort n'est jamais une option très... viable, et se faire capturer pour subir des expérimentations ne rentre pas, et ne rentrera jamais, dans sa liste des choses à faire avant de mourir.

Parce que oui, Caitlys était très consciente de son pouvoir et de ce que tout cela impliquait. En bref, le plus grand ennemi des mutants était... une mutante. Pourquoi le sort avait fait en sorte que ça tombe sur elle, bonne question! C'était justement la question que la brunette se posait à longueur des temps. Si quelqu'un avait une réponse, Cait était toute ouïe.
Malheureusement, la réalité, dure et cruelle, ne fonctionne pas ainsi. C'est une sale garce et elle fait tout pour que ceux qui ne veulent pas se démarquer finissent par être le centre de l'attention, et rarement pour recevoir des compliments, comme sa vie estudiantine le lui avait apprit. Pour faire court, et pardonnez l'expression, elle faisait chier et semblait y prendre beaucoup de plaisir.

Parfois, avec un très large vocabulaire vous amène à créer des longueurs à force de trouver des métaphores...

Qu'à cela ne tienne, plus la jeune femme réfléchissait, plus ça l'énervait et plus elle s'énervait, plus elle marchait vite. De plus, la foule qui s'amassait dans les rues commençait à lui donner mal à la tête : trop de mutants proches d'elle ou qui passaient brièvement dans son bouclier, conscients ou non de ce que ça impliquait, trop de stress occasionné par ses propres scénarios catastrophes et sa paranoïa, trop de... tout ça! Elle n'avait pas fuit son ancienne vie et tous les problèmes liés à celle-ci pour s'en créer de nouveau. Si elle n'avait pas eu si peur que qui que soit connaisse son secret, elle aurait probablement été voir une firme spécialisé en génétique pour trouver un moyen de lui enlever son pouvoir, mais la seule qu'elle connaisse était feue la Genetics Corp. et des preuves de leur inhumanité envers leur « patient » avaient été démontré. C'était une bonne chose qu'elle eut si peur.

Cependant, à travers tout cela, Caitlys ne prêtait que très peu d'attention à son entourage physique, allouant une grande partie de sa concentration à éviter le plus possible les mutants. Ce fut en grande partie à cause de ça qu'elle ne vit jamais venir le non-mutant et que la collision ne put être éviter. Cette dernière fut brutale, douloureuse pour Caitlys et, surtout, très embarrassante. Encore plus lorsque la jeune femme se rendit compte de tous les regards, moqueurs ou sincèrement inquiets, qui se posèrent sur elle et de l'absence de ses lunettes sur son nez. Un long frisson de malaise la parcourut, faisant monter le rouge à son visage. Toutefois, ses années d'entraînement refirent surface en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et ses traits se figèrent, parfaitement neutres même si, intérieurement, c'était la panique totale.

Ainsi donc, les quelques personnes qui s'arrêtèrent pour lui demander si tout allait bien furent renvoyé calmement avec l'assurance que tout allait bien, rien de casser et qu'elle s'occuperait du type qui était tombé. Bon, dans un sens, c'était pour se débarrasser de toute cette attention, mais dans l'autre, c'était aussi faute et, plus important encore, ses lunettes se trouvaient à quelques centimètres seulement de sa main.

L'inconnu s'excusa, mais Caitlys resta silencieuse, partagée entre s'enfuir et rester. Les lunettes ne lui poseraient aucun problème : avec ses moyens financiers, l'argent ne posait pas de problème, mais sa vision était très mauvaise depuis son enfance : à force de porter des lunettes, Cait avait perdue tout sens des distances ainsi que son équilibre sans celles-ci.
À bien y penser, c'était mieux de reprendre ses lunettes...

- Je vais bien. Écoutez... désolée de vous avoir rentré dedans. Ça va? Vous avez besoin de quelque chose?

Leur regard se croisèrent et, réalisant que non, elle n'avait pas ses lunettes, Cait détourna le regard, créant un voile de cheveux entre eux. Dès qu'il lui rendit, elle s'empressa de remettre ses lunettes sur son nez, soupirant de soulagement. Ses yeux étaient suffisamment bizarres sans que des gens les voient.
Toutefois, allez savoir pourquoi, le type qu'elle avait heurté la regardait avec cet air absent dont seul les poissons sont capables. Du moins, elle s'imagina très bien son expression sans les lunettes qu'il portait.

- Euh... Hey! Ça va? demanda-t-elle en claquant des doigts devant son visage. Vous vous êtes cognés la tête en tombant?

Bon, c'était peut-être un peu dur, surtout que Cait avait l'impression d'être un ambulancier devant un patient, ce qu'elle n'était pas et que l'ambulancier devait être probablement plus poli, mais son job, ce n'était pas d'être gentille, ni même sa façon d'être. On fait fuir plus facilement les autres en leur démontrant une certaine animosité. Ça lui avait permis de faire fuir les garçons, et les filles, qui auraient un jour ou l'autre pu s'intéresser à elle et lui avait permis de déterminer qui l'appréciait réellement comme amie.
Mais ça, c'est une autre histoire. Toutes ces personnes ne faisaient plus parties de sa vie de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Ferland
Cyborg à lunettes
Cyborg à lunettes
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 29
Pseudo / Codename : Dan / Google
Age du perso : 20 ans
Langues parlées : Français et Anglais

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mar 3 Aoû - 0:02

Le claquement de doigt suffit à faire redémarrer le cerveau du cyborg. Encore troublé par les magnifiques yeux qu’il venait d’apercevoir, Daniel referma vivement sa bouche encore ouverte tout en se traitant de tout les noms;

« Wow! Bravo mon grand! Tu viens tout juste de passer pour un idiot qui n’a jamais vu de femme de sa vie. Elle doit te trouver teeeellement charmant maintenant! » se dit-il sarcastiquement.

Quoique la jeune femme avait semblée elle aussi très gênée durant le bref moment où ils s’étaient regardés dans les yeux (façon de parler dans son cas). Dan comprenait qu’elle ait pu être embarrassée de la situation mais de là à détourner le regard si rapidement? Était-il si hideux à ses yeux? Ça ne serait pas la première fois que sa prothèse dégoûterait quelqu’un. Après tout, même s’il aimait beaucoup cet implant, il avait conscience qu’elle pouvait lui donner des gros yeux de mouche…

Non, je crois que ça va. C’est ma faute, j’aurais dû regarder où j’allais. Désolé de vous avoir fait peur avec ma prothèse en passant. dit-il en se frottant la tête.

Daniel ne s’était définitivement pas raté sur ce coup là. Une magnifique chute sur le dos accompagné d’un léger coup derrière la tête lorsqu’il avait atteint le sol. Il s’aperçu d’ailleurs qu’il avait dû tomber sur un caillou; une petite entaille s’était faite sur sa tête. Rien de bien grave mais ça saignait tout de même un peu.

Ah merde! murmura-t-il en voyant le sang sur sa main.

Soudainement pris d’un doute, il porta les deux mains sur sa prothèse. S’il fallait qu’elle soit endommagée… Non, du moins pas à ce qu’il pouvait sentir avec ses mains. Les divers morceaux semblait tous en place et aucunes rainures n'avaient fait apparition. Des dommages internes? Daniel passa en mode de vision thermique. Que des formes humanoïdes rougeâtres en vue. Parfait. Il revint au mode normal, satisfait. Puis, voyant la jolie jeune fille devant lui, il décida de se faire un souvenir. La fonction d’appareil photo intégré à ses lunettes avait un avantage, elle était très discrete. Il fit donc rapidement un portrait de la demoiselle en face de lui.

Quoi? Il fallait bien immortaliser ce moment! Ce n'est pas tout les jour que Daniel rencontre une si jolie fille. D'ailleurs, elle n'est pas la première à se faire tirer le portrait de cette façon. Pas que Google soit un pervers, il ne faisait que prendre des photos de celle qu'il trouvait belle. Et avec des yeux comme elle avait, cette fille là pouvait facilement aspirer à se placer en tête du classement! mais bon, trêve de plaisanterie.

Apparemment, rien n’est brisé. À part peut-être mon orgueil. dit-il, avec un petit sourire dans une tentative de faire sourire à son tour son interlocutrice.

Moi c’est Daniel. continua le cyborg en tendant la main.

Non. Pas celle tâchée de sang. Celle là avait retrouvée sa juste place. Par dessus le bobo. N'allez pas imaginer que la blessure saignait au point de devoir exercer une pression dessus. Non. Seulement parce que c'est si apaisant de mettre sa main sur son bobo. Rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mar 3 Aoû - 7:13

Bon, visiblement, il n'était pas mort. C'était déjà un bon début. À première vue, il n'était pas trop amoché non plus et lui même l'avait assuré. Tant mieux! Ça lui donnait la tranquillité d'esprit nécessaire pour continuer son chemin. Sa curiosité naturelle l'emportant, Cait jeta tout de même un coup d'oeil sur les lunettes, si c'était le mot juste, de l'étranger. C'était... hors du commun. Elle même ne l'aurait jamais porté pour tout l'or du monde : ça attire trop l'attention.

- Hum? Peur? Non, jamais. répondit-elle avec banalité en continuant tout de même à surveiller subtilement les environs. J'ai l'air de quelqu'un qui va avoir peur de trucs de cyborgs ou d'androïdes? On vit quand même entouré de mutants. C'est des trucs de tous les jours.

Si la jeune femme avait comprit quelque chose, c'était que parler des mutants comme si c'était un fait commun qui ne la touchait pas vraiment éloignait les soupçons de sur sa personne. À éviter le sujet ou à trop en parler, les gens deviennent soupçonneux.

Qu'à cela ne tienne, Caitlys recula d'un pas pour garder une distance confortable entre elle et l'homme qu'elle avait bousculé par inadvertance et croisa les bras. Toutefois, ce dernier jura et, l'instant d'après, retirait des doigts tâchés de sang. Oh. C'était peut-être légèrement plus grave. La jeune femme fronça les sourcils, puis finit par tendre un mouchoir en papier, communément appelé Kleenex dans son joli bout de pays, à l'inconnu :

- Les coupures à la tête saignent habituellement beaucoup, prenez ça pour essuyer le sang. Je ne crois pas que ce soit grave : il y aurait beaucoup plus de sang. 'suffit d'éviter ce qui pourrait éclaircir le sang comme les médicaments contre les maux de tête et, si vous ne vous sentez pas bien, penser à aller à l'hôpital. Ah... Et de faire attention à bien nettoyer. Une fille avec qui j'ai travaillée était tombé sur un verre et en avait eu des morceaux à l'intérieur de la plaie parce qu'elle avait mal nettoyé. À ce qu'il parait, ça fait un mal de chien.

Avoir une bonne connaissance générale s'avère souvent utile. C'était un fait que Caitlys avait de nombreuse fois démontrée par le passer. Elle ne serait jamais médecin, ni même infirmière, mais pour les blessures mineurs dans ce genre, c'était déjà un bon début. Ça, et avoir vu pas mal de trucs durant ces dix-neuf dernières années. La lecture sur Internet s'avérait également très utile autant pour les informations pertinentes ou non.

À la tentative d'humour de son interlocuteur, Caitlys répondit en penchant légèrement la tête sur le côté. Oh, elle avait très bien comprit qu'il voulait alléger l'atmosphère, mais elle considéra que ce n'était qu'utile pour lui, car elle était déjà parfaitement calme, quoique un peu inconfortable de faire du surplace alors qu'elle pourrait se trouver dans son appartement à quelques minutes de marche. Cependant, lorsqu'il se présenta comme étant Daniel et lui tendit la main, Cait la serra plus ou moins fort par pure politesse et s'empressa de ramener sa main chez elle.

- Caitlys. se présenta la jeune femme avant de ne sembler ne plus trop savoir quoi faire. Euh... Vous avez besoin de quelque chose? Il y a un hôpital pas loin si vous ne savez pas où c'est.

Elle se passa machinalement sa main gauche dans ses cheveux avant de recroiser les bras. C'était presque dommage que sa mère l'est aussi bien élevée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Ferland
Cyborg à lunettes
Cyborg à lunettes
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 29
Pseudo / Codename : Dan / Google
Age du perso : 20 ans
Langues parlées : Français et Anglais

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Dim 8 Aoû - 3:50

[Désolé pour le délai de réponse]


Daniel prit le ″kleenex″ avec un sourire.

Merci, fit-il.

Suite à quoi elle lui fit un exposé sur les blessures à la tête digne d’un médecin. Wow! Elle avait dit ça comme si elle savait ça par cœur en plus. Elle étudiait en médecine ou quoi? Daniel ne pu qu’acquiescer face à ces mise en garde et conseils concernant sa petite coupure toute bénigne qui n’avait eu comme tort de saigner un petit peu trop finalement.

Caitlys, comme elle s’était présentée, semblait presque nerveuse. Avait-elle peur qu’il la poursuive en justice? Après tout, le matos qu’il portait sur son nez valait une petite fortune. Elle aurait pu l’avoir endommagé. Heureusement pour les deux, les lunettes fonctionnaient toujours aussi bien et le cyborg n’avait aucune intention de donner des problèmes à cette fille. Bien au contraire! Elle ne l’avait pas fait exprès, c’était un accident pur et simple. Cela aurait été idiot de vouloir lui soutirer de l’argent de cette façon. Daniel n’était pas comme ces américains qui se poursuivaient pour des broutilles. Et puis, même si l’incident avait endommagé son implant, Cailtlys n’aurait sûrement pas pu faire grand-chose pour rembourser les pots cassés.

*À moins qu’elle soit millionnaire, ce dont je doute.* pensa (bien ironiquement) Daniel.

Non non, je devrais m’en tirer, merci quand même. C’est gentil de vous en soucier par contre. Ça fait du bien de voir des gens qui ne sont pas uniquement préoccupé par leur nombril. Ça devient de plus en plus rare. Vous êtes quelqu’un de bien, ça se voit. dit le cyborg à voix haute cette fois.

La jeune fille avait cependant l’air de vouloir continuer son chemin. Elle restait là, mais on sentait bien qu’elle ne le faisait que par politesse ou bien que par bonté de cœur.

*Idiot! Elle doit être pressée et toi tu la fait poireauter là. Si elle t’a rentré dedans avec cette vitesse là, ce doit bien être parce qu’elle devait être à quelque part d’ici peu.* pensa soudainement le cyborg.

Oh! Mais je suis désolé, je suis là à parler alors que vous devez être pressée. Vous avez probablement beaucoup mieux à faire que de rester là, on vous attend quelque part j’imagine. s’excusa Daniel.

Je voudrais pas vous mettre en retard alors. J’ai été ravi de vous rencontrer Caitlys, vous avez mis du soleil dans ma journée jusque là assez ratée. J’espère vous revoir. J’habite pas très loin d’ici, au coin de St-Jean et de St-Angèle, vous connaissez?

Bien entendu, Daniel n’avait aucune envie de laisser partir la jolie damoiselle mais elle avait forcément mieux à faire que de rester plantée là à discuter avec un cyborg. Peut-être des études importantes pour passer un examen prochain en infirmerie. Ou bien pour rejoindre un petit ami qui l’attendait près des boutiques du vieux Québec.

Bonne journée alors! fit le jeune cyborg avec un sourire un peu forcé tout en s’écartant légèrement pour la laisser passer si elle le voulait.

Il n’aurait ensuite qu’à retourner à son petit appartement pour ruminer son audition raté. Il faudrait aussi trouver un emploi dans le coin sous peine de se retrouver à la rue à la fin du mois. Belle soirée en perspective…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mar 10 Aoû - 0:20

Il y avait bientôt 6 mois que Niki sillonnait les rues de ce grand village appelé Québec. Il avait quitté Montréal 2 ans plus tôt, aillant eu vent que celui qu’il cherchait avait quitté la ville et était partit vers l’Est. Comme « l’Est », c’est plutôt grand, Nikita avait fait quelques ville au passage avant d’aboutir dans la grande capitale. Il s’était trouvé un petit nid douillet, au fin fond du quartier St-sauveur. Les appartements n’y était pas très couteux, et les gens là-bas, même si plutôt bavasseurs, le laissaient en paix.

Dehors depuis le midi, il s’était rendu sur la rue St-jean, histoire d’acheter un peu de café. Il y avait sur cette rue une petite épicerie où les employés étaient plus que sympathiques, raison pour laquelle il achetait toujours ses denrées à cet endroit. Ô certe, comme un peu tout le monde, il avait fait forte impression à sa première visite, mais il s’était vite lié d’amitié avec les caissières. Après un « bonne journée » cordial, il avait quitté l’épicerie, son sac de café sous le bras et un café frais coulé dans la main, en direction de place d’Youville. Il savait qu’une fois le café bu la faim lui prendrais, alors il se rapprochait des restaurants. Plus précisément du petit resto de crêpes bretonnes. Les crêpes, c’était son péché mignon. Il a-do-rait ça. Bien sûr il prenait toujours ses crêpes pour emporter, puisqu’il n’aurait pas trop su comment savourer ces délices sous son masque. Pas qu’il n’ai pas tenté le coup ! Mais c’était d’une telle…élégance… qu’il préférait encore emporter.

Histoire de finir sa boisson chaude, il prit place sur un banc de bois, en face du Capitol. Il observait le va et vient des gens et essayait de relaxer. La nuit avait été longue…
Une fois son café terminé, il le déposé dans une benne à vidange et se dirigea vers le haut de la ville, prenant soin d’utiliser les rues moins passante.

Il se mit à penser qu’il aurait bien de la difficulté à retrouver celui dont il veut se venger à travers tout ce monde. La vie peut-être tellement injuste… d’autant plus que rien ne lui prouvait qu’il se trouve à Québec. Un peu d’action le tira de ses pensées, l’instant d’après.
Plus haut, à une intersection, un homme et une femme venaient d’entrer en collision. Niki ne pu retenir un rire bas. Les gens étaient tellement occupés qu’il s’en rentraient dedans aux intersection. Il continua sa route, en ralentissant le pas, le dirigeant vers les deux « accidentés ». L’homme portait une grosse paire de lunette et n’avait pas beaucoup de cheveux. Pourtant, ses traits trahissaient sa jeunesse. La femme quant-à elle, arborait une jolie chevelure qui luisait au soleil. Il observa l’homme se relever, puis le couple discuter. Tiens, un des deux saignait. Un allé simple pour la cour ? Non. Du moins il semblait calme. Presque désolé.

Alors qu’il arrivait presque devant eux, le garçon semblait dégager le chemin pour laisser la demoiselle partir. Un peu de galanterie ? Oh ça ne fait jamais de tort. Soudainement, une idée saugrenue passa dans la tête de Nikita. Cet homme, avec ses lunettes cybernétique, enregistrait-il tout ce qu’il voyait ? Pouvait-il avoir vu la personne qu’il recherche ? Ou bien pouvait-il voir derrière les murs ? qui sait ! Avec un pareil attirail, il devait bien pouvoir faire des choses que les autres ne peuvent pas faire !

Il accéléra légèrement le pas, afin de ne pas raté sa « cible ». Il posa une main sur l’épaule du jeune homme et lui dit :

- Sa saigne encore beaucoup…tu sais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mer 11 Aoû - 7:01

Plus elle restait longtemps au même endroit, plus de mutants outrepassait les limites de son bouclier. Et plus des mutants traversaient sa zone, plus une horrible migraine naissait chez Cait. LE désavantage suprême à sa malédiction. Ça et être certaine que si ça se savait, elle finirait soit en charpie, soit comme rat de laboratoire. Aucun choix n'était agréable... Être réaliste à parfois ses inconvénients. Car, peu importait la façon dont elle regardait son problème, sa conclusion était toujours que ça se terminerait mal pour sa peau. Croire le contraire, ça équivalait à se plonger dans le déni le plus total. Parfois, rêveur et déconnecté de la réalité à ses avantages. Si Caitlys avait été du deuxième type, alors peut-être aurait-elle songé à rejoindre la Faculté, puis Horizon, mais pas en étant du premier type. Ça, jamais. Un mutant restait avait tout humain, et les humains ont peur de ce qui pourrait, même hypothétiquement, leur faire du mal. Aux yeux des humains normaux, elle restait une mutante, et puisque la nature humaine fait que ces derniers ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas ou est différent, ça ne fonctionnerait pas non plus. Rester cacher était encore la meilleure option.
De plus, sa... différence ne mettrait à part. Vivre sans attache n'avait pas été son choix par pur plaisir : il y avait longtemps qu'elle avait apprit que, peu importe la personne à qui on donne sa confiance, on finit toujours par être trahis, puis blessé. Être seule valait mieux.

Et comme toutes les personnes sujettes aux migraines, son humeur, et sa patience, en prenait un coup. Extérieurement, elle resta tranquille, quoique la jeune femme avait conscience de commencer à afficher des symptômes d'impatience et de nervosité. L'idée que son appartement n'était qu'à cinq minutes de marche l'aida quand même à tenir le coup. De toute façon, ce type ne lui parlerait pas pendant des heures, non? Elle l'espérait dans tous les cas. Ce serait vraiment trop horrible dans le cas contraire.

- Euh... Je n'ai rien d'urgent à faire, assura-t-elle lorsque Daniel s'excusa, c'est juste que j'ai tendance à avoir mal à la tête pour pas grand chose. Et je commences à avoir mal à la tête, justement. Trop de soleil, de chaleur, de gens... On peut tout ça en gros. J'habite pas très loin et je pensais à pas mal de trucs, alors j'ai dû accélérer inconsciemment.

C'était plus ou moins vrai. Son mal de tête était venu en lui parlant et à force que des mutants traversent le voile qui délimitait la limite de son propre pouvoir, mais ça, il n'avait pas besoin de le savoir. Surtout qu'il était humain et que Cait ne savait pas du tout de quel côté il se trouvait. Pro-mutant ou anti-mutant? La question ne se posait même pas, on évitait le sujet, point barre.

Naturellement, elle ignora le passage avec l'adresse de l'étranger. De un, ça lui donnait l'impression de se faire draguer, et ça lui donnait des envies de suicide (Bon, pas vraiment, mais quand même.) et de deux, ça ne l'intéressait simplement pas. S'ils avaient été amis, ça aurait été différent, mais ça faisait plus d'un an que Cait s'était instauré comme ligne de conduite de justement éviter de créer ce genre de lien. Elle ne commencerait certainement pas aujourd'hui avec un inconnu qu'elle avait bousculé par inadvertance!

- Ne vous en faites pas pour le mal de tête, ça va passer après une petite sieste. prit-elle la peine d'expliquer pour ne pas inquiéter le dénommé Daniel. Bonne journée et désolé encore pour vous avoir rentrer dedans. 'faut vraiment que j'y ailles.

Et pour cause, un groupe entier de mutants traversa son bouclier, qui lui fit l'effet d'un coup de marteau directement dans le cerveau, puis un autre, seul, légèrement plus puissant que la moyenne. Son mal de tête se transforma en une douloureuse migraine qui prit pour cible un point dans sa tête qu'elle n'aurait pu identifier. C'était une vraie malédiction!

Pour ajouter à la douleur, un mutant tenta d'activer son pouvoir, ce qui eut pour effet de lui donner la nausée, mais pas suffisamment pour qu'elle vomisse. (Encore merci, c'était ultra embarrassant!) Naturellement, peu importe ce qu'il tenta de faire, ça n'eut aucun effet. Point négatif, soit Caitlys tombait dans les pommes, soit elle vomissait, soit elle fuyait, si c'était possible. Bordel! Elle n'aurait jamais dû tenter le sort en s'immobilisant de la sorte.

Sa respiration se fit plus forte et la jeune femme eut des sueurs froides, sans compter le goût écoeurant de bile dans sa bouche. Elle se pinça l'arête du nez, sans grand résultat, et entreprit de mettre un pied devant l'autre, chose beaucoup plus difficile qu'il n'y paraissait, pour s'éloigner de la source du problème. Plus vite elle arrivait à son appart, mieux elle se porterait. C'était définitivement un mauvais journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mer 11 Aoû - 18:29

La main posée sur l'épaule du jeune homme au crâne fendu, Niki leva la tête vers la demoiselle pas très loin de lui. Celle qui discutait quelques minutes plus tôt avec le binoclar. Il n'eût même pas le temps de lui demandé si elle se sentait bien qu'elle blanchît soudainement. Il se retourna à demi, croyant qu'elle avait peut-être apperçu quelqu'un, puis, retirant sa main de l'épaule du jeune homme, il la tendit vers la demoiselle:

- Vous vous sentez bien, belle demoiselle? Est-ce que je peux vous aider?.. enfin... nous? je veux dire... ce gentil monsieur et moi? menfin... Tout baigne quoi?

Se surprit-il à begayer.

Il ne savait pas si c'était sa présence, son intrusion dans le duo qui lui foutais le trouille ou bien s'il l'avais prise par surprise ou bien... Bref, il ne savait pas ce qu'il se passait, pour faire court! La jeune demoiselle semblait être à bout de force. Il la vit se pincer le nez, puis le relâcher et tenter de marcher. Elle voulait probablement retrouver un nid douillet ou soigner son malaise.

La regardant tituber, hésitant un court instant, il se dirigea vers la demoiselle pour l'aider à marcher.

* Me voilà convertit en bon samaritain aujourd'hui... en espérant seulement que ces gens puissent m'aider en retour...*

Il se posta donc à ses côté et la saisit doucement par les épaules, en chuchotant presque:

- je crois que vous n'y arriverez pas toute seule...


(Je sais je suis cruel avec toi pauvre Caitlys XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Ferland
Cyborg à lunettes
Cyborg à lunettes
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 29
Pseudo / Codename : Dan / Google
Age du perso : 20 ans
Langues parlées : Français et Anglais

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mer 11 Aoû - 22:42

[Mais euh! C’était pas mon tour?]

Comme Daniel finissait sa phrase, un énergumène (homme ou femme?) portant un masque blanc dénué d’expression s’arrêta derrière lui. Avec une main sur son épaule, il (d’après la voix) affirma à Daniel que sa blessure saignait encore beaucoup. D’abord surpris par l’étrange accoutrement de l’individu, il porta rapidement sa main à la petite plaie qui, comme de quoi, ne saignait plus vraiment.

Non… Ça saigne presque plus. Ne vous inquiétez pas pour moi. répondit-il.

Juste comme il répondait au fantôme de l’opéra, Caitlys lui dit qu’elle avait seulement mal à la tête et qu’elle juste retourner chez elle. Elle l’assura qu’un petit peu de repos lui ferais du bien.

*Hum… Elle ne doit pas avoir beaucoup de temps pour dormir avec ses études en médecine. Ça pourrait expliquer son mal de bloc. Pauvre fille, ça ne doit pas être facile tout les jours!* pensa Daniel.

Comme elle allait partir, elle plissa des yeux et se prit l’arrête du nez. Wow! Définitivement le mal de tête du siècle! Pourtant elle n’avait pas l’air si mal tout à l’heure. Soudain et intense. Pauvre Cailtys. Sa respiration devenait rapide sans compter qu’elle titubait presque maintenant. L’inquiétude prit d’assaut la tête du cyborg à ce moment là.

*Dit donc, elle va pas faire un malaise là? Elle a vraiment pas l’air de filer…*

Au moment où Daniel allait s’enquérir de son état, le masque le prit de vitesse. Mais d’où il sortait lui d’ailleurs? Et c’était quoi son problème? Est-ce qu’il se rendait au conservatoire d’arts dramatique lui aussi? À moins qu’il fasse partit d’une troupe d’amuseur public. Dans le vieux Québec, il est fréquent de voir des gens déguisé en paysan, en monstre ou bien en fantôme mais normalement en période de festival ou de fête spéciale. À moins que Daniel ne se trompe, c’était la période morte présentement…

Bon, il avait l’air décontenancé par la réaction de Cailtys. Après tout, s’il était payé par la ville pour amuser le public, il ne devait pas vouloir créer d’ennuis. Peut-être pensait-il que le mal de tête était dû à sa présence. Avec ce genre d’accoutrement, ça n’aurait pas été surprenant. Qui sait? Peut-être que ce masque donnait de mauvais souvenirs à Cailtys. De toute manière, elle ne semblait absolument pas apprécier la présence de cet homme. Elle reculait presque devant lui… Rapidement, Daniel passa en mode de vision thermique. Est-ce qu’elle faisait une montée de fièvre? Si oui, il pourrait le voir à partir de la chaleur émanant de sa tête.

C’est alors qu’il fit quelque chose de trop, selon Daniel. Il prit Caitlys par les épaules et lui chuchota quelque chose à l’oreille.

*Mais t’es pas bien toi! Yen a plein d’autres ailleurs des filles! Va voir plus loin si j’y suis!* ragea intérieurement le cyborg.

Non mais c’est vrai! Tout allait bien avant que ce Commedia Del Arte se pointe! Surtout que Caitlys n’avait vraiment pas l’air d’apprécier la présence de l’intrus. Et puis qui parle comme ça? « Ce gentil monsieur et moi… » Daniel avait l’impression de faire partit d’un mauvais film. On aurait dit un maniaque qui veut rassurer sa victime… Et puis le masque concorde avec la théorie.

Mais tu va la lâcher toi? C’est quoi ton problème? Tu sors de nulle part avec ton masque, tu veux me faire peur en me disant que je pisse encore le sang et maintenant tu profite de sa faiblesse pour la tripoter! Laisse là tranquille, tu l’empêche de respirer!

Puis, plus doucement, en s'approchant d'elle;

Ça va Caitlys? T'es toute blême. T’as vraiment pas l’air d’aller… Tu veux que je t’aide à rentrer chez toi?

Bon, Daniel n’était pas un super-héros, mais rien ne l’empêchait de venir en aide à ceux qui le nécessitait… Surtout contre les fantôme masqué super bizarre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Jeu 12 Aoû - 3:41

HRP: (J'attend la réponse de Caitlys. Désolé d'avoir passé par dessus toi, je ne voulais pas t'emmerder héhé. C'est vrai que c'était ton tour.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Ven 13 Aoû - 7:27

(On s'assure de garder l'ordre! Moi, Daniel, Nikita. On se r'voit dimanche Razz J'ai mon ZV13, moi.)

Elle avait l'impression que sa tête allait exploser. Et après, on se demandait pourquoi sortir dehors, au milieu des foules, lui faisait si peur? Bon, il faut dire que personne ne savait pour la condition... particulière de Cait, mais quand même!

Autre fait, même si la majorité des passants se contentaient de faire comme si de rien n'était (Le déni est une chose magnifique, elle pouvait en témoigner.) quelques curieux, parce qu'il y a toujours des curieux avides de trucs gores et/ou anormaux pour pouvoir avoir quelque chose d'intéressant à raconter, ralentissaient, mine de rien, en tendant l'oreille. Caitlys fut prise de la folle envie de leur lever son doigt d'honneur, mais sa migraine était beaucoup trop douloureuse pour penser à envoyer promener qui que soit que ne faisait que passer. Ce n'était pas sa journée...

Il ne lui restait qu'une chose à accomplir, quoiqu'il semblait que ce serait plus difficile à faire qu'à dire : s'éloigner du mutant, de tous les mutants! Et de cette foule compacte qui l'empêchait de respirer. Et du soleil qui l'aveuglait et lui donnait affreusement chaud. Pourquoi devait-il faire si beau aujourd'hui? Même le vent lui semblait chaud! L'espace de quelques secondes, la vision de la jeune femme se brouilla, mais elle réussit à rester droite, quoique légèrement courbée vers l'avant pour ne pas tomber en arrière. (Cherchez sa logique : dans sa tête, tomber face première était mieux que sur le derrière.)

Respire, ma vieille... marmonna-t-elle à l'encontre de sa seule personne.

Son conseil lui parut très éclairé. Aussi, elle se força à prendre une grande inspiration tremblante tandis que, horreur, le mutant s'approchait. Lui, Caitlys l'aurait bien tapé. Très fort. Histoire de lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenue dans sa bulle – le mauvais jeu de mot comprit. Pire encore, il la toucha, posant ses mains sur ses épaules. Peut-être souhaitait-il être réconfortant, mais, intérieurement, la jeune femme fut dégoûtée par le contact. Pas que l'individu en soit la dégoûte, mais le contact, l'intimité du geste, la rebuta. Solitaire de nature et quasis ermite par choix, sentir une peau étrangère sur la sienne lui déplaisait profondément.

Toutefois, le coup de grâce fut lorsqu'il tenta d'user de son pouvoir sur elle. Encore une fois, peut-être partait-il d'une bonne intention, mais son bouclier sapa encore un peu plus de son énergie et lui fit voir des points noirs, signe que, si ça continuait, elle s'évanouirait. Il fallait qu'elle se débarrasse de ce type rapidement ou ce serait sa santé qui en subirait les conséquences. Cait allait donc pour ordonner, et non par demander, à cet inconnu de la laisser tranquille lorsque le type aux lunettes bizarres, Daniel, le fit à sa place. Merci! Il existe une justice en ce monde! Bon, son soulagement était quelque peu excessif, mais qu'on lui vienne en aide lui apparaissait comme beaucoup moins humiliant que de s'évanouir.

- Je...

Ses paroles restèrent bloquées dans sa bouche. Répondre qu'elle n'allait pas bien parce que le mutant tentant d'utiliser son pouvoir sur serait presque avouer qu'elle en était une. Mauvaise idée. Tout son être se refusa à laisser filtrer l'information. Même si elle devait mourir, cet aveux ne franchirait pas ses lèvres! Mieux valait improviser une excuse. Omettre des vérités, ça la connaissait, de toute façon.

- Je fais souvent de l'anémie et des migraines. Ça va passer si je me repose, mais avec... la chaleur et la lumière, elle agita une main faiblement pour mettre l'emphase sur cette information, c'est encore pire. Et je me sens mal dans les lieux publics. Trop de monde...

Ce n'était pas vraiment à cause de ça qu'elle se sentait si mal, quoique ça ne l'aidait certainement pas à aller mieux, mais ça ferait l'affaire.

- Le mieux, ce serait que je rentres chez moi, ouais. Quelqu'un peut appeler un taxi? Je rembourserai. Juste... appeler un taxi. J'habite sur St-Louis, ça ne coûtera pas cher.

Pendant qu'elle donnait ses indications, la jeune femme s'était adossée à un mur, à l'ombre. Dans une tentative de faire passer ne serais-ce qu'un peu sa migraine, Caitlys ferma les yeux et se massa un peu l'arête du nez avec ses pouces en espérant que ça passe. Ouais! Comme si ça allait passé avec ce mutant à l'intérieur de son périmètre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Ven 13 Aoû - 18:29

HRP (Je voudrais bien respecter l'ordre mais là ça plante un peu le jeu... ça serait à moi d'agir théoriquement...)

À peine quelques secondes après que Nikita ai prit la demoiselle par les épaules, pour tenter de l'aider à marcher, l'homme derrière-lui sembla exposer de rage. Était-elle sa petite amie? Pourquoi leur rencontre semblait tout à fait fortuite... Selon l'homme aux lunettes, Nikita aurait tenté de lui faire peur et maintenant il profiterais de la faiblesse de la demoiselle pour la tripoter? Intéressant... Il avait décidément affaire à un susceptible.
Sur les sages paroles de l'individu, Nikita lâcha la demoiselle, et se retourna vers son interlocuteur.

- Moi? Tenter de vous faire peur? Et profiter de cette demoiselle? êtes-vous tombé sur la tête? Oh si en fait, pardonnez-moi!

Dit-il en faisant un longue révérance. Il s'approcha ensuite du cyborg qui était a présent accouru aux côté de la jeune femme. Celle-ci tentait d'expliquer tant bien que mal la raison de son malaide. Nikita se planta derrière le cyborg et tenta de lui faire regretter ses insinuations. Puisque la demoiselle semblait lui tenir si à coeur, Nikita se dit qu'il utiliserais ce lien.:

*SUGGESTION: Cette fille est folle, elle joue la comédie, dit lui que tu n'as pas de temps à perdre avec une tarée comme elle*

Souriant sous son masque, Nikita attendait le spectacle. Un peu d'amusement ne fait jamais de tort. Il ne pouvait s'empêcher, cependant, d'éprouver de la pitié pour la pauvre demoiselle. Elle semblait vraiment souffrante. Et cela semblait lui avoir pris si soudainement! Était-elle atteinte d'une maladie? Cela serait bien dommage, elle semblait jeune. Ou bien était-elle mutante ou androïde? Avait-elle est capacité extra-sensorielle qui l'avertissait de quelque chose? De nos jours, on ne pouvait plus se fier à rien. Quoi qu'il en soit, toute cette animation avait piqué la curiosité de Niki, aussi n'avait-il pas l'intention de quitter le duo de si tôt!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Ferland
Cyborg à lunettes
Cyborg à lunettes
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 29
Pseudo / Codename : Dan / Google
Age du perso : 20 ans
Langues parlées : Français et Anglais

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Jeu 19 Aoû - 2:37

HRP[DÉSOLÉ DU RETARD!!! Et pour l’ordre, on n’a qu’à le garder comme ça ; Caitlys, Nikita, Daniel]

Vraiment, Caitlys n’avait pas l’air dans son assiette. Sa réponse n’avait rien de rassurant non plus; elle avait apparemment une santé défaillante. Ironique qu’elle se dirige en médecine tout de même… mais là n’était pas la question. Elle avait besoin de soin. Elle voulait retourner chez elle. La jeune femme y avait probablement des médicaments qui l’aideraient à passer cette crise. Peut-être était elle aussi un peu agoraphobe. Elle avait reculée pour s’adosser au mur de la porte Kent tout en exprimant vouloir retourner chez elle. En taxi! Comme si elle avait l’air en état de prendre un taxi! C’est pratiquement une ambulance que Daniel avait envie d’appeler. Et la police tant qu’à y être. L’individu masqué n’inspirait vraiment pas confiance au cyborg. Qui se balade avec un masque? Bon, on pourrait dire de Daniel qu’il a une partie du visage masqué en permanence lui aussi mais ça ne compte pas! À moins que l’autre ne soit lui aussi un cyborg. Ou un androïde. Cela semblait peu probable mais les robots devenaient de plus en plus évolués de nos jours…

Daniel ignora la remarque que fit l’homme masqué quant à sa chute (*T'es un comique toi?*) et continua à s’approcher de Cailtys. Il s’agenouilla devant elle, tout en gardant une petite distance entre eux.

Je peux bien t’en appeler un taxi, mais je m’inquiète pour toi. Et puis, ça pourrais être long avant qu’il arrive, surtout dans le vieux Québec… Je peux te raccompagner si tu veux. C’est pas bien loin. Ne le prend pas mal mais je pense que tu pourrais avoir besoin d’aide pour t’y rendre à pieds. dit le cyborg en sortant son téléphone portable.

Puis enchainant rapidement;

Mais si tu veux attendre un taxi, je comprends. On ne se connaît pas vraiment après tout. Je veux juste t’aider… continua-t-il en lui tendant la main, des fois qu'elle accepterait son aide.

Daniel tourna la tête vers le masque blanc de l’individu derrière lui, un peu comme s'il lui avait parlé. Pourtant l'homme était resté silencieux. Mais maintenant que Daniel le regardait, il remarqua quelque chose; sa tête ne lui revenait pas. Daniel détestait être incapable de voir quelque chose. Depuis qu’il avait retrouvé la vue, il se frustrait dès qu’il se retrouvait dans l’impossibilité de discerner un détail. Pourquoi pensez-vous qu’il apporte toutes ces modifications à son implant? Il n’a rien vu pendant les 18 premières années de sa vie. Hors de question de manquer quelque chose désormais. Sans le savoir, cet homme lui avait manqué de respect juste avec sa tenue.

T’es qui toi d’ailleurs? Et pourquoi tu porte un masque? C’est pas l’Halloween! Tu t’en allait voler un dépanneur?

D’accord, c’était un peu cru. Mais Daniel était vraiment frustré. Déjà qu’il avait eu une journée de merde avec son audition ratée, voilà qu’un hurluberlu vient saper son seul bon moment avec la jolie fille. C’était pas juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Lun 23 Aoû - 15:41

Drôle comme, tout d'un coup, c'était elle qui se retrouvait dans le besoin. Et pour bien pire qu'une petite égratignure à la tête. Ça, Cait aurait jubilé de s'en tirer à si bon compte. Mais non, à la place, c'était comme un lendemain de brosse qu'elle n'avait jamais eu puisqu'elle ne buvait pas d'alcool. Elle se jura de ne plus jamais rire de gens qui se soûle au point de vouloir mourir de leur mal de tête le jour d'après. Plus jamais.

Dans son univers de douleur et de bruits, la jeune femme identifia tout de même deux constantes : Daniel était un allié et l'homme masqué était un ennemi.

Il eut d'ailleurs beaucoup de vrai dans ce que le cyborg lui dit et Caitlys grimaça amèrement. Se réfugier dans un voiture aurait été beaucoup plus efficace, lui aurait permit d'ériger une barrière physique entre elle et le mutant qui, semblait-il, était bien décidé à les prendre pour cible. Une voiture, c'était rapide, sécuritaire, réconfortant même. Il serait temps de penser à s'acheter une voiture. Avec son budget, ce n'était pas l'argent qui lui manquait. Un Camaro ou une Lamborguini. La Embolado avait de la gueule et ça entrait dans son budget plutôt deux fois qu'une. Si elle sortait vivante de toute cette histoire, il faudrait qu'elle pense à passer son permis de conduire...

Ce fut, malheureusement, une autre tentative du mutant d'utiliser son pouvoir, son Daniel, encore une fois, qui la ramena à la dure réalité. Comme une perceuse qu'on lui aurait collée sur la tempe, Caitlys ressentit les effets de son pouvoir luttant contre celui de l'autre mutant. Et ça faisait tellement mal. Encore une chance qu'elle n'était pas entièrement seule dans l'histoire. Du moins, le croyait-elle à peu près.

Caitlys prit donc la main bienveillante qu'on lui tendait, l'enserrant comme si sa vie en dépendait. Sans être sûre qu'on l'écouta, elle souffla son adresse à Daniel.

- 'faut pas... Il faut pas rester ici. J'me sens... trop mal.

Toutefois, l'idée de retourner chez elle lui insuffla une vague d'énergie et ses idées s'éclaircir.

- Il est dangereux. dit-elle en fixant l'étranger au masque, suffisamment fort pour que ce dernier l'entende également. Super dangereux pour moi.

Elle espéra que ces paroles, pour le moins, énigmatique, fussent suffisante. En dire plus, ce serait devoir expliquer pourquoi elle le voyait comme dangereux et tout le tralala qui suivait, dont son aveu d'être une mutante. Pas question!

Cait se concentra donc sur la pensée que, bientôt, elle serait à l'abri de ce type et de ses tentatives répétées d'user de son pouvoir, en plus de le faire sortir de gré ou de force de son périmètre. Après que ce serait fait, avaler un buffet, une bonne douche bien chaude et s'enfiler douze heures de sommeil devrait la remettre sur pied. Ce serait probablement plus efficace de commander beaucoup de trucs dans un resto. Et, d'ici-là, elle pourrait dire adieu à ce Daniel en le remerciant gentiment de l'avoir sauver, peut-être lui glisser un billet de vingt dollars pour le dérangement et son taxi et verrouiller sa porte derrière lui. Ce serait la plus belle fin possible.

Comme on le dit, la pensée positive est quelque chose de magnifique. Du moins, dans le cas de la jeune Forde, ça l'encouragea très fortement à ne pas tomber dans les pommes dans l'immédiat. Son plan est tête, il ne restait plus qu'à se rendre chez elle, sans devoir passer par l'hôpital, le plus difficile. Par la suite, on verrait. Rester cloîtrer dans son appartement pendant une semaine entière lui effleura l'esprit, mais ça, ce serait à voir en temps et en heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Lun 23 Aoû - 18:51

Nikita regardait les deux individus discuter, attendant patiemment un effet de son pouvoir. Il avait soif d'action cet après-midi. Le jeune cyborg proposait à la demoiselle de la racompagner ou encore de lui payer un taxi, accroupi devant elle. Niki s'était-il trompé sur leur compte? Se connaissait-il déjà? L'homme semblait si attentionné pour la femme... Quoi qu'elle était plutôt jolie. Ceci expliquait peut-être cela.

Lorsque le cyborg se tourna vers lui, Niki devina que son pouvoir n'avait pas fonctionné sur lui. Le jeune homme le regardait à présent d'un air interrogé. Peut-être avait-il sentit la force du pouvoir de Niki le traverser? Peut-être même avait-il vu les ondes? Pouvait-il voir l'invisible? Toutes ces questions et si peut de réponse... Et lorsque le jeune homm lui demanda qui il était au juste et ce qu'il foutais avec un masque au visage, il songa qu'il n'aurait pas réponse à ses question de si tôt.

- Qui je suis? Mais qui êtes-vous! Je passait par là et j'ai cru voir que vous étiez blessé, alors, comme un bon samaritain, je suis venu à votre rencontre! Je n'ai voulu qu'être gentil et aider, quand j'ai vu que cette charmante demoiselle manqua défaillir en plein soleil!


Il marqua une pause. Trop poétique. Vraiment trop poétique.

- Et puis sachez, étrange personnage, que je porte ce masque, non dans le but de dérober qui que ce soit mais bien pour cacher ma laideur aux yeux du monde. Et si votre bave de crapaux peut cesser de pleuvoir sur moi, peut-être pourront-nous en discuter autour d'un café!

Nan... trop poétique.

*Mais quel merdier... Cette fille doit avoir quelque chose de spécial pour qu'il la protège autant...*

Soudain la jeune femme se releva, prenant la main du cyborg, murmura quelque chose puis dit, un peu plus fort, que Niki était dangereux pour elle, super dangereux.

Comment? Dangereux?
*Je ne commence même pas à être dangereux la belle... attend que je me réveille!*

Décidement, le petit jeu était de moins en moins marrant. Aussi ne se gêna t'il pas de dire:

- Moi? Dangeureux? Mais qui êtes-vous pour me juger comme quelqu'un de dangereux? Je vous propose mon aide et vous me trouvez dangereux? Mais qu'est-ce que le danger dites-moi donc?

*SUGGESTION À DANIEL: Toi qui tiens si fermement sa petite main, fait-la donc valser jusqu'à moi! Je la veux dans mes bras!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mer 1 Sep - 3:31

HRP: Tout le monde est disparu? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Ferland
Cyborg à lunettes
Cyborg à lunettes
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 29/07/2010
Age : 29
Pseudo / Codename : Dan / Google
Age du perso : 20 ans
Langues parlées : Français et Anglais

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Jeu 2 Sep - 20:36

[Désolé pour le délai, organiser une initiation, ça gobe du temps Wink]

L’homme au masque commençait à s’offusquer, à juste titre devait admettre Daniel. Il n’était pas spécialement aux petits oignons avec ce type. Il fallait aussi dire que le cyborg commençait à paniquer un petit peu. Mettez-vous à sa place, la jolie fille avec qui il discutait semblait être soudainement prise d’un mal étrange alors qu’un individu masqué et louche s’incruste. Il y avait de quoi être pris au dépourvu, non?

Donc le fantôme de l’opéra était défiguré. Bon ça expliquait peut-être le masque (quoique la chirurgie, il ne connaît pas?) mais pas le langage shakespearien.

*Étrange personnage? Moi? Mais tu t’es regardé? Et puis qui parle comme ça de toute façon? Il se donne un genre chevalier servant énigmatique ou quoi?* pensa Daniel.

La main de Caitlys s’agrippa alors solidement à la sienne, le tirant de ses pensées. La prise qu’elle exerçait sur sa main ne laissait pas de doute, il y avait urgence. Elle souffla ensuite son adresse à Daniel avant de réitérer ce son envie de quitter les lieux au plus vite. Jusque là, le cyborg comprenait. Elle avait une sorte de malaise et voulait retourner chez elle le plus rapidement possible. D’autant plus qu’elle ne semblait pas être rassurée par la présence de l’autre. Bon, il n’était pas médecin mais il ne discernait pas de chaleur excessive en provenance de la tête de la belle. Pas de fièvre donc. Cela devait être autre chose. Il rebascula en mode normal.

Cailtys dit alors quelque chose qui troubla encore plus le cyborg. L’homme masqué était dangereux selon elle. En particulier pour elle.

L’instant sembla se figer pour Daniel. Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là? Elle le connaissait? Dangereux à quel point? Avait-elle vu une arme sous sa cape? Merde, mais qu’est-ce qu’il faisait là?

Pendant que toutes ces questions se pressaient dans la tête de Daniel, l’inconnu réagit vivement à l’accusation de Caitlys. Presque trop vivement. Bon, c’était normal de se sentir vexé mais cela semblait être plus que juste un orgueil piqué. L’utilisation du mot dangereux à chaque phrase semblait refléter de la nervosité aux yeux de Daniel. Se sentait-il démasqué (sans vouloir faire de jeu de mot)? Bon, c’est pas tout ça mais il faudrait agir, et vite.

Le cyborg, qui regardait à nouveau vers l’homme masqué, prit un instant pour le prendre en photo. On ne sait jamais, cela pourrait lui être utile. Puis, soupirant, il tourna sa tête vers Caitlys. Il lui fallait une idée pour se sortir de ce pétrin.

*Si ce type est vraiment dangereux, mieux vaut la jouer prudent. Il faut s’éclipser sans le vexer et rapidement. Mais comment faire? Merde. Allez réfléchit Daniel, comment s’échapper d’un maniaque tiré d’un théâtre? …… Ah merde! Ça ça pourrait marcher!*

Toujours tourné vers la jeune fille, profitant du fait qu’il faisait dos au masque, Daniel murmura à l’intention de Caitlys;

Fait moi confiance, joue le jeu…

Il se releva ensuite tout en aidant Caitlys à faire de même. Il passa un bras de la belle sur ses épaules et, tournant la tête vers l’homme masqué, dit;

Bon, je crois que cette fois elle est vraiment déréglée. C’est pas de chance. Vous savez à quel point c’est chiant à reprogrammer un androïde de cette qualité? J’en ai pour au moins une semaine! Vous vous rendez compte?

Il commença à avancer avec Cailtys sur le trottoir, en direction de son appartement à lui. Pas question de mener ce malade directement chez elle.

Au fait, désolé si je vous ai paru un peu brusque. J’essaie de la calibrer depuis 3 semaines pour qu’elle soit au point pour mon audition. Elle est sensée me donner la réplique voyez-vous? On répétait en fait. Faut croire que le choc de la chute l’a secoué plus que prévu hein? Fit le cyborg en souriant.

Sur ces mots, toujours en marchant, il sortit de sa poche sa trousse à outils qui lui servait normalement à entretenir sa prothèse et y prit un petit tournevis. Il fit semblant de bidouiller un truc sur la nuque de Caitlys et continua son monologue, comme s’il se parlait à lui même;

C’est bien ce que je pensais, le module de conversion du protocole MINCH est sortit de son socle. Ça doit influencer ses capteurs de vibrations sonores et détraquer le centre logique de réponses. Humm. Voilà pourquoi elle mélangeait les textes. Bon bon bon…

Évidement, Daniel n’avait aucune idée de ce dont il était en train de parler mais il espérait que son interlocuteur n’en ait aucune lui non plus. Il suffisait de mettre suffisamment d’assurance dans son discours et il sonnerait vrai. Daniel continuait à marcher et dépassa l’homme dangereux. Il ne restait qu’à enfoncer le clou maintenant;

Je vous souhaite une bonne fin de journée monsieur. Encore désolé pour le désagrément. Oh! Et votez pour nous si jamais vous suivez l’émission sur le web! Aller voir sur www.cinemapassion.ca/audition, ça en vaut la peine! Bon, je retourne à mon atelier moi! Au plaisir!

Est-ce que ce type allait gober cette histoire? Allait-il visiter ce site bidon que le cyborg venait d’inventer? Daniel n’avait pas trop remarqué comment avait réagi Caitlys. Avait-elle compris le plan? Il espérait de tout cœur que tout se passe bien, il n’avait pas vraiment envie de devoir recourir à son deuxième plan. Surtout que Caitlys ne pourrait probablement pas courir dans sa condition. Heureusement que Daniel n’habitait pas trop loin. Si tout se passait bien, ils attendraient de voir s’ils avaient été suivit puis il ramènerait Caitlys chez elle. C’était un bon plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlys Forde

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/07/2010
Pseudo / Codename : Cait
Age du perso : 19 ans
Langues parlées : Français, anglais (presque bilingue.)

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Mer 15 Sep - 2:06

Sa migraine était vraiment mauvaise. Trop de stress, en plus du mutant qui semblait s'acharner. Au moins, ça s'était stabilisé, même légèrement atténuée. Rien qu'un peu, mais c'était plus doux que n'importe quoi. C'était un phénomène que Cait avait quelque fois eu l'occasion de remarquer au sujet de son pouvoir : si elle s'affolait, les maux de tête étaient encore pire, mais à un certain moment, ça refoulait, comme si son cerveau perdait le fil. Habituellement, elle tombait dans les pommes avant que ça arrive. Dommage. Un million pour que ce soit l'inverse. Vous voyez, sur quarante-huit, ce n'était pas grand chose. Tient, tant qu'à y être, quarante-huit pour ne plus avoir cette malédiction! Quelqu'un d'intéressé? Migraines chroniques, maux de coeur et paranoïa assurée, mais vous serez millionnaire!

La jeune femme se contenta néanmoins de la fermer et de couper court à l'échange avec l'autre mutant. Pas qu'une foule de jolies mots très colorés ne lui soient passés à l'esprit, mais plutôt parce qu'après avoir enduré des années de mauvais traitement psychologique de la part des autres étudiants, ce type masqué lui paraissait infiniment bénin. Suffisait maintenant de trouvé le moyen pour que son aide tombée du ciel lui ouvre la porte de sortit.

Le plus rapidement serait le mieux.

Et justement, ce Daniel sembla avoir une idée. Et parce que Caitlys n'était pas en mesure d'en proposer une, elle se contenta d'aller avec la sienne. Comme le dit le proverbe, si t'as rien de mieux à proposer, ta gueule! Il se trouvait que fermer sa gueule lui plaisait bien. Laisser le cyborg faire tout le travail en faisant semblant d'être un robot, s'était réalisable, même pour elle. Aussi, elle le laissa déballer son monologue à l'étranger en gardant la tête pencher. Les quelques curieux qui espéraient voir un peu d'action furent rapidement déçus et furent visiblement convaincu de leur petit manège.

L'illusion d'avoir un allié dans toute cette histoire l'aida grandement à se calmer et, peu à peu, Cait constata avec émerveillement que son mal de tête s'était réduit à la faible pulsation qui caractérisait la présence de mutants à l'intérieur ou près de son bouclier. Un arrière goût de bile persistait dans sa bouche, ce qui était assez dégueulasse, mais si elle s'en sortait uniquement avec cet unique contre-coup, ça ferait sa journée.

Et un morceau de robot pour le gentil monsieur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikita Sabel
Comédien attitré.
Comédien attitré.
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 09/08/2010
Pseudo / Codename : Niki
Age du perso : 25 ans
Langues parlées : Français, Anglais, il a oublié sa langue maternelle.

MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   Sam 25 Sep - 21:45

Nikita se dé-lécha de la scène encore un moment. Puis, Le cyborg soudainement s'exclama que son "androïde" était encore déréglé. Androïde? Niki baissa la tête un instant puis regarda l'homme attraper la demoiselle pour la trainer avec lui. Une androïde conçue pour lui donner la réplique... En pleine rue?

Le cyborg sortit un tournevis et Nikita ne put voir exactement ce qu'il régla. Puis, il s'excusa de sa réaction précédente, et tout le blabla.

Nikita posa une main sur une hanche.

- Ce n'est rien, alors. J'ai dût vous déranger en plein travail. Dites-moi, elle doit valoir bien cher cette androïde non?

Il marqua une pause et porta sa main libre à son menton. Niki savait que l'on pouvait régler des androïde pour un peu n'importe quoi de nos jours, mais il n'aurait jamais penser à ce genre d'utilisation.

*Moi je lui ferais faire le ménage et la cuisine...* songa t'il.

Ainsi donc... la créature, la demoiselle était déprogrammée.

- Elle semble de bien bonne qualité, comme vous dite, elle semble très réelle! J'aurais même cru qu'elle était une vraie femme, lorsqu'elle vous parlait en me fixant! Dites-moi, qui construit donc des androïde de si bonne qualité?

Dit-il en s'approchant du duo. Niki était légèrement septique. Comment un androïde pouvait mimer si bien un malaise? Ou bien ce regard, qu'elle lui avait jeté lorsqu'il avait dit qu'il était dangereux, pouvait-on vraiment programmer cela?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Québec, la capitale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Québec, la capitale.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [11/10] Exécution (pas si) capitale !
» Ducs Régnants du Bourbonnais-Auvergne
» Rekai et autres nouvelles
» The Capital Cycle
» [Maine] Fiche de renseignements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evolution - War of the Rising :: Reste du Monde :: Reste du Monde-
Sauter vers: